Charlie Hebdo et le « devoir » de blasphème

Ainsi donc, les néo-cons (dans tous les sens du terme) de Charlie ont récidivé, salue la presse quasi  unanimement. Une nouvelle caricature fait la une du canard-pas-drôle, juste pour montrer aux musulmans que c’est pas eux qui font la loi en France, bande de barbus enturbannés ! Charb le taulier le dit sans détours : « si on commence à se dire, parce qu’il y a 250 excités qui manifestent devant l’ambassade des Etats-Unis, qu’il faut différer ou ne pas publier des dessins, ça veut dire que ce sont eux qui font la loi en France« .

Etant donné le contexte – un nanard en provenance des USA crachant sur l’islam qui a embrasé le monde musulman – on pourrait maladroitement penser que c’est jeter un bidon d’essence sur un incendie déjà fourni mais que nenni, bande de nigauds; plus qu’un droit c’est un devoir pour les laudateurs de la liberté d’expression ! On apprend même que l’UEJF (Union des Etudiants Juifs de France) apporte son soutien à l’hebdo, en considérant qu’il ne provoque personne et et que « face à ceux qui veulent inverser les valeurs et faire du blasphème une agression, Charlie Hebdo rappelle qu’en France, la liberté d’expression est une valeur inébranlable« .

Bien. Very good.

Mais que penser alors de la même UEJF qui, en 2008, se félicitait de la « décision courageuse » de Philippe Val, directeur de publication, de ne plus publier d’articles de Siné dans l’hebdomadaire satirique « Charlie Hebdo« , le facétieux caricaturiste y ayant moqué la passion de Jean Sarkozy pour l’argent et la famille Darty; une chronique qui lui valut un licenciement sec et un procès (gagné par lui) judiciaire et médiatique en antisémitisme.

Et de la LICRA qui refuse aujourd’hui « le délit de blasphème » et qui, en tant que partie civile, s’était acharnée sur le vieux Bob au point de faire appel de sa relaxe (déboutée, là aussi) ? 

Y aurait il en France un droit au blasphème suivant la tronche du client et (très) accessoirement  la communauté à laquelle il appartient ?

Non, vraiment, ce serait si gros que ça commencerait à se voir…

P.S : à moins d’un trou de mémoire, « Charb-le-couillu » n’était pas allé poser le poing de la résistance en l’air à la sortie du procès de Siné pour saluer sa relaxe. Un empêchement de dernière minute, sûrement…

Publicités
Comments
4 Responses to “Charlie Hebdo et le « devoir » de blasphème”
  1. Dayrton dit :

    Pan dans les dents.
    Et je parie qu’il n’ira pas non plus lever le poing en Syrie, il ne supporte sans doute pas le climat.

  2. twangking dit :

    Du coup, Jaku-ku, s’est fendu d’une délicieuse sortie qui explique bien le point de vue de l’autorité sur cette affaire :

    « L’islamophobie […] c’est un droit. On a le droit de ne pas aimer l’islam, comme on -n’a pas- a le droit de ne pas aimer le judaïsme.»

    En espérant que ce sera assez clair, bande de chenapans !

  3. vivelapluie dit :

    En même temps il défend son fauteuil, la paye doit être bonne à la LICRA…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s