Les économistes de garde Vs les économistes atterrés

Alors que la France vient de perdre son triple A et que les dettes publiques des Etats sont mises en avant par les économistes orthodoxes pour expliquer la crise (encore et toujours ces salauds de pauvres qui bouffent la grenouille en refusant de bosser plus et et pour moins cher), un mouvement émerge et rencontre un écho grandissant auprès de la population et ce malgré le verrouillage médiatique complet mis en place pour leur boucler le sifflet, et pour cause !

Ces économistes hétérodoxes (en opposition frontale avec les orthodoxes) littéralement atterrés par la doxa dominante et les remèdes prescrits par les économistes médiatiques de garde (en référence aux chiens de garde du capital dont nous avons déjà parlé ici) remettent radicalement en cause les politiques austéritaires et régressives menées dans toute l’Europe (entre autres) et proposent un autre modèle en plaçant le libéralisme devant ses échecs patents. Non, la crise n’est pas une crise de la dette mais une crise des recettes dûe en grande partie au manque à gagner suite aux allègements massifs d’imposition des plus riches. Les marchés ne doivent pas être « régulés » mais matés. Les banques doivent être nationalisées (dans un 1er temps). La durée du temps de travail ne doit pas être allongée mais réduite, l’âge de la retraite ne doit pas être repoussé, les salaires doivent être relevés tout comme les minimas sociaux, les agences de notation aux mains d’investisseurs privés ayant des intérêts croisés doivent être neutralisées puisqu’elles dictent désormais sans aucune légitimité les politiques économiques nationales, et ces économistes médiatiques unanimement pris dans des conflits d’intérêt doivent être si ce n’est éjectés du champs du débat à tout le moins appelés à cesser d’avancer masqués…

C’est une véritable révolution intellectuelle qui doit s’opérer tant le discours dominant est martelé en boucle par des économistes en peau de lapin dont le discours est centré sur leurs intérêts propres et ceux qu’ils représentent, relayé à grande échelle par des médias complaisants censés délivrer la bonne parole libérale.

Deux émissions* salutaires à écouter, proposées par l’équipe de Daniel Mermet de Là-bas si j’y suis :

– la première sur « les économistes de garde » (partie 1, partie 2) où vous retrouverez tous les noms des principaux intervenants médiatiques (les Michel Godet, Daniel Cohen, Patrick Artus, Christian de Boissieu, Jean-Hervé Lorenzi et consorts) en matière d’économie – en réalité une petite poignée mais très influente, réunie au « Cercle des économistes » entre autres – présentés comme des professeurs d’économie mais tous conseillers de grandes banques d’investissement, de fonds spéculatifs, de sociétés d’assurance, ou de grandes entreprises cotées en bourse… Un passage particulièrement savoureux : quand un des journalistes de « là-bas » s’invite au « Cercle des économistes » qui distingue chaque année « les économistes les plus brillants » et enjoint quelques participants à parler de leurs activités annexes grassement rémunérées,  qui posent à tout le moins la question des conflits d’intérêts. Où vous apprendrez également que le directeur français (multi-milliardaire) de l’agence de notation Fitch bénéficie également d’un siège à la Banque de France et de jetons de présence dans plusieurs entreprises françaises qui dégraissent à tour de bras pour rester « compétitives »…

– la seconde sur « les économistes atterrés« , en une partie. Qui sont ils, que proposent ils, comment se fait il que les médias dominants ne leur donnent quasiment jamais la parole ? Retenez leurs noms (Frédéric Lordon, Henri Sterdyniak, Thomas Coutrot…), ils commencent à faire parler d’eux et vous ne lirez plus les quotidiens ni ne regarderez les JT de la même façon après les avoir écoutés. Faut il préciser qu’ ils sont tous chercheurs, enseignants, militants alter-mondialistes, mais qu’aucun n’est lié à une grande banque, un hedge fund, ou un organisme financier ?

Constat atterrant certes (d’autant qu’on retrouve un certain nombre de ces économistes de garde comme conseillers proches de François Hollande ou de Martine Aubry**), mais instructif et éclairant donc indispensable pour comprendre à quel point les peuples sont délestés de leur pouvoir de réflexion et donc d’action. Utile donc à moins de 4 mois des échéances électorales.

* Les émissions sont écoutables en ligne mais aussi téléchargeables sur les pages mises en lien au format mp3 sur le site la-bas.org. Il arrive que le site ne soit pas accessible, réactualisez la page régulièrement.

** Ci-joint un graphique fourni par Mediapart qui a enquêté sur les économistes engagés dans la primaire socialiste. Vous retrouverez auprès de Hollande et Aubry certains noms cités dans l’émission de Mermet sur les économistes de garde pris en plein conflit d’intérêts, alors que Royal et Montebourg ont plutôt consulté les économistes hétérodoxes. On sait depuis quel courant, avec quelle idéologie, l’a emporté. Cliquez sur le graphique pour l’agrandir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s