Libération/Liberation.fr

Libération, fondé par Jean-Paul Sartre et Serge July en 1973, a été une fausse promesse dès son acte de naissance publié ou presque puisque Sartre démissionnera un an plus tard, et que seul le médiocre July restera à la barre. Ce faisant, Libé pourra commencer à dérouler pensée molle et ôde quotidienne au libéralisme « domestiqué », le taulier bouffant à tous les râteliers (Europe1, TF1, France3, LCI…) après avoir rangé dans sa poche son petit livre rouge (ah ces ex-trotskistes honteux de leur passé mais pas de leur présent) . Passons sur les échecs des diverses formules et des recapitalisations successives, c’est en 2006 que le barbu July rend son tablier avec le rachat par Édouard de Rothschild et l’entrée dans le capital de BHL.

Quid de la chefferie ? C’est Laurent Joffrin dit l’Oracle qui déboulera tout droit venu de l’Obs‘ avant de revenir à la niche et de céder sa place au non moins médiocre Nicolas Demorand qu’on ne présente plus tant on est gavé de voir sa fraise partout.

Particularité(s) des loustics ? Laudateurs du marché, pourfendeurs de la gauche « archaïque » et de ses affreux extrêmes-gauchistes, habitués du désormais connu « diner du siècle », médiacrates multisupports (télé, radio, journaux) grassement rémunérés.

Ceci dit et pour être tout à fait honnête, Libé souffre de schizophrénie puisque si la (vraie) gauche ne trouve place dans ses colonnes deux fois l’an que pour rappeler qu’elle est archaïque (au cas où on n’aurait pas pigé le message), il n’est pas rare qu’un Jean-Luc Mélenchon soit invité aux débats animés par Libé en « province » (il faut dire aussi que les dits débats sont très souvent chiantissimes aussi : « le marché j’aime, mais faut le réguler », « tout a fait d’accord, indispensable le marché mais régulé hein »).

Sur le site libération.fr il faut reconnaitre que la liberté de ton est assez large, les commentaires assez peu censurés mais une étrangeté subsiste : l’espace des com’ est systématiquement verrouillé a priori dès qu’un article sur Israël est publié. Impossible d’ y laisser un avis, pour, contre, ou indifférent. Essayez, vous verrez. Il semblerait donc que le lecteur soit autorisé à donner son avis sur tous sujets sauf celui-ci. Si vous voulez en connaitre la raison, c’est en Israël que vous devrez envoyer votre courrier puisque c’est là-bas que vit désormais Édouard de Rothschild.

Pourquoi lire Libération dans ce cas là si ce n’est pour s’occuper aux cabinets ou patienter chez le dentiste ? Pour Pierre Marcelle, Mesdames Messieurs, dont je donne le lien à l’accueil dans les lectures conseillées voire obligatoires. Un type non seulement de gauche (pas à la Jacques Julliard hein, un vrai), mais avec un brin de talent dans la plume, un franc-tireur, un insider, qui vient foutre des coups de pompe dans le bel édifice social-démocrate, étendard rouge à la pogne. Jouissif et salutaire.

Pour le reste, là où l’Obs‘ (qui vient de racheter les vendus de Rue89) cible les quadras/quinquas upper class mais de gôche parce que la pauvreté c’est moche (au point qu’il faut parler des pauvres mais de loin tant ils puent la sueur, la vinasse et le populisme), Libé s’adresse plutôt aux trentenaires bobos portant sandalettes bio à 180 € et lisant leur canard favori sur leur ipod tout neuf fabriqué en Chine par des gosses pour lesquels ils n’oublient pas de compatir en buvant leur Nespresso what else ?

Autant dire que la libération n’est pas pour demain…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s