Storytelling

Ce printemps (le temps passe vite), BHL alias « lève toi vite ou je t’écrase la gueule à coups de talon » (on ne s’en lasse pas) déclarait le coeur aux bords des lèvres au Point dans son bloc-notes : « J’en veux à tous ceux qui accueillent avec complaisance le témoignage de cette autre jeune femme, française celle-là, qui prétend avoir été victime d’une tentative de viol du même genre ; qui s’est tue pendant huit ans ; mais qui, sentant l’aubaine, ressort son vieux dossier et vient le vendre sur les plateaux télé. »

La fieffée affabulatrice (qui prétend), Tristane Banon, coupable de ne pas avoir parlé plus tôt, coupable de bénéficier de la complaisance de la médiacratie, coupable enfin de venir vendre son bouquin sur les plateaux télé.

Et ça, vraiment, ça le révolte. Pour son dernier bouquin à lui (comme pour les autres), « La guerre sans l’aimer » (mon oeil) qui va incessamment sortir sous peu, BHL ne bénéficie pas du tout de promotion comme à l’Express (avec chat en direct, s’il vous plait) par exemple, ni sur Atlantico dont l’article est (re)copié/collé sur le site dédié à la gloire du philosophe pour ménagère, encore moins à l’Obs‘ ou Le Monde (en attendant Le Point, Libé, et les autres mais ça ne saurait tarder). Ne vous attendez pas non plus à ce qu’il soit reçu à la radio, et à la télé (ni chez Ruquier où il n’est jamais reçu avec complaisance). Paris-Match n’a d’ailleurs jamais publié un article publireportage – pas un ! – taillé sur mesure pour notre nouveau ministre des affaires étrangères, comme (n’)en témoigne (pas) cette photo (qui n’a jamais existé).

 

Vous l’aurez compris, le Caliméro des médias ne peut absolument pas compter, à l’instar de l’éffrontée venue vendre son livre ce printemps, sur la complaisance de ses amis médiacrates du « Café de Flore«  pour louer le nouvel ouvrage de cet aigle de la (nouvelle) philosophie.

Gare à ceux qui s’amuseraient à dénombrer les erreurs factuelles ou  menteries (qui garnissent un CV déjà bien fourni) son cale-meubles contient, ça le fait rire (jaune) au départ mais sur la longueur, « ça tourne glauque ».

 

De sorte qu’on pourrait très bien lire dans un billet de son bloc-notes accueilli au Point : « J’en veux à tous ceux qui accueillent avec complaisance le témoignage de cet homme, français celui-là, qui prétend avoir été témoin de faits plus ou moins imaginaires ou seulement vus par lui ; qui s’est tu durant toute sa carrière sur ses nombreuses divagations et prises de position partisanes à géométrie variable ; mais qui, sentant l’aubaine, (nous) (res)sort une bonne propagande de derrière les fagots et vient la vendre sur les plateaux télé. »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s